#37 Potabilisation de l’eau de pluie

Jour 250.

C’est une journée plus calme. Idéal pour parler de la potabilisation de l’eau de pluie dans la maison. L’installation est en place depuis longtemps, mais nous venons d’ajouter trois compteurs d’eau (pour collecter des métriques) et le système est donc totalement complet.

Ce carnet de bord est la suite direct de Comment être 100% autonome en eau, où nous expliquons comment nous collectons et stockons l’eau de pluie, et puis économisons l’eau dans la maison. La lecture n’est pas obligatoire mais vivement recommandée.

Nous conseillons aussi la lecture de Pourquoi l’autarcie ? qui aborde la gestion de l’eau sous l’angle économique et écologique, et comment utiliser l’eau de pluie peut permettre des économies très importantes à l’échelle d’un pays (plusieurs centaines de millions CHF), ainsi que l’impact écologique.

Le résumé de l’épisode précédent en bref. Nous collectons l’eau de pluie sur le toit. Elle coule jusqu’à arriver dans deux cuves de 10’000L chacune, soit 20m³ au total. C’est tout.

Système de potabilisation

C’est plus facile de commencer par une photo (de très mauvaise qualité, désolé, le local technique est tout petit !).

C’est très compact. Nous avons le surpresseur (grosse boîte verte), puis les 4 filtres autour dans le sens horaire. Attention au bruit du surpresseur : il est silencieux, mais il faut que la tuyauterie soit « souple » pour éviter la propagation du son.

De plus proche, ça donne ceci :

L’eau est pompée dans les cuves par le surpresseur donc.

Elle arrive ensuite dans le filtre gros grains de gauche (Nussbaum). C’est un filtre « auto-nettoyant », il n’a pas besoin d’être changé : en inversant le sens d’écoulement de l’eau, le filtre se nettoie. Plus il est propre, plus les filtres suivants seront soulagés. À ce stade, les gros grains sont capturés.

L’eau continue son parcours à travers deux filtres fins, quasiment identiques (haut bleu, corps blanc). Le premier (celui de gauche) est un filtre 25µm. Le second (celui de droite) est un filtre 5µm. La fréquence de remplacement des filtres est très variable selon la qualité de l’eau, mais nous tablons sur 18-24 mois. Ils se recyclent très bien. À ce stade, tous les grains fins, pollens, poussières etc. sont capturés. Il ne reste que les micro-organismes.

Enfin, l’eau continue son aventure dans le filtre à ultra-violet (UV) tout à droite. Sa durée de vie est aussi très variable, mais le chiffre de 9000h est souvent évoqué, soit —avec 5h de fonctionnement par jour— autour de 5 ans, mais nous tablons sur le double vu que nous utilisons deux fois moins d’eau qu’une maison « classique ». À ce stade, les micro-organismes sont toujours là, mais ils sont neutralisés par les ultra-violets, donc totalement inoffensifs.

Les 2 filtres fins avec la lampe UV forment un seul produit, appelé Eureka, fabriqué par Uvrer Anemo. C’est une entreprise française, qui fabrique en France d’après nos informations. Les lampes UV Eureka se trouvent un peu partout, de même que les filtres. Il y a même un compteur d’heures de fonctionnement de la lampe, et une alarme quand la lampe est hors-service.

Après la lampe UV, l’eau est potable ! Elle part dans le circuit d’eau froide et d’eau chaude (dans le boiler).

C’est finalement très simple à comprendre et à appréhender. Il faut bien penser à nettoyer le premier filtre régulièrement selon la saison pour soulager tout le système, entre 2 à 4 semaines environ. Il suffit de tourner une petite valve, ça prend 1-2 secondes (chrono en main !).

Attention à ce que les filtres soient à l’abris du soleil ! Dans une pièce sans fenêtre, c’est le top.

Compteurs d’eau

Nous avons ajouté 3 compteurs d’eau :

  1. un compteur général (au début du circuit) ;
  2. un compteur d’eau froide pour la maison ;
  3. un compteur d’eau chaude pour la maison.

Par simple règle arithmétique, nous pourrons déduire le volume d’eau froide qui part pour les robinets extérieurs.

Et voilà le travail !


  • Bureau d’étude qui nous accompagne dans cette aventure : PranaHouse
  • Ventilation et sanitaire : Lecoultre

23 réflexions sur “#37 Potabilisation de l’eau de pluie

  1. Bonjour, merci pour ces explications. Beau travail ! Une petite question, comment gérez vous la minéralisation de l’eau et donc son pH ? (Même si on ne peut pas vraiment parler de pH pour de l’eau pure, elle est agressive et a tendance acide)

    J'aime

    1. Bonjour, et merci pour la question pertinente. Nous n’abordons pas la question de la qualité parce que nous ne l’avons pas encore goûté !

      D’une manière globale, les minéraux vont provenir de notre alimentation (légumes et fruits du jardin). Mais si on se restreint à l’eau seule, les minéraux apportent un goût, donc sans minéraux, « pas de goût ». Dans notre région, l’eau a un fort goût de calcaire, et ça sera nécessairement différent. Pour l’acidité de l’eau… elle n’est pas acide, sauf dans des régions fortement industrialisées, ce qui n’est absolument pas le cas par ici.

      Si vraiment l’eau a un goût trop « neutre », il y a toujours moyen d’ajouter des cailloux au fond des cuves 😉 !

      Je recommande aussi l’excellente vidéo de Barnabé Chaillot sur le sujet, https://www.youtube.com/watch?v=9ooBy1MuVoE. Il a fait l’expérience avant nous et démoli plusieurs croyances populaires au sujet de l’eau de pluie.

      J'aime

    1. Bonjour,

      C’est encore délicat de donner des chiffres. Nous n’avons pas encore reçu le décompte exact pour la pose (main d’œuvre). Nous allons faire un article détaillé sur les finances à la fin du projet (dans quelques semaines !) de toute façon.

      Mais les produits seuls, vous les trouvez sur Internet à des prix très variables pour des particuliers. Rapidement, nous trouvons l’ensemble de filtres Eureka à 1000€, et nous trouvons la cuve Carat XL à 4000€. C’est une recherche très rapide, avec surtout des prix pour des particuliers ! Les prix pour les professionnels sont nettement moins élevés, et ça dépend de votre fournisseur surtout. Nous n’avons clairement pas eu ces tarifs là… mais ça donne un ordre de grandeur, à 2000-3000€ près. Note : j’ai vraiment fait une recherche en 2mn, je n’ai pas fouillé plus que ça.

      J'aime

      1. J en profite lol, vous avez acheté le matériel de votre côté et l entreprise à fait le reste où elle vous a tout fourni ?

        J'aime

      2. Nous avons trouvé et décidé de certains produits de notre côté et d’autres ensemble. C’était une vraie collaboration ! Chacun est venu avec ses connaissances.

        J'aime

      3. C est super de bosser avec ce style d entreprise,
        Je suis en Savoie et je recherche une maison à rénover et j essaye de trouver des idées pour payer le moins de facture mais je ne veux pas partir non plus sur des travaux honereux, achetant seule c est pas toujours facile

        J'aime

      4. En effet. Ce n’est pas facile de trouver la balance ou le compromis. Mais il ne faut pas non plus négliger le confort de vie (ventilation par exemple). Et certaines installations viennent avec des contrats de maintenance, c’est le genre de détails qui peut vite chiffrer après quelques années. Bonne chance en tout cas !

        J'aime

      5. Oui faut trouverez les bonnes entreprises et ne pas se faire avoir
        Merci pour les infos, si besoin d autres informations je reviendrais vers vous

        Aimé par 1 personne

      6. Je suis en train d’écrire cet article depuis plusieurs jours. J’espère le sortir bientôt ! L’eau chaude sanitaire est chauffée par électricité via une PAC air-eau. Le système est couplé à la ventilation double-flux, au puit climatique, et à la cuisinière à bois. Ça paraît compliqué mais c’est en réalité assez simple. Le produit qui cumule chauffe-eau/ventilation/PAC est fabriqué par Nilan. J’ajouterai le lien vers l’article détaillé ici une fois en ligne !

        J'aime

  2. Bonjour,

    Merci pour le partage, l’ensemble de vos articles sont très intéressants et donnent plein de pistes de réflexion.

    Nous en sommes un peu moins avancé, mais travaillons en ce moment sur le réseau d’eau de la (future) maison.
    En lisant la documentation le la platine Eureka, ils parlent de « Sécurisation d’eau de pluie (usage sanitaire uniquement) » dans le cas de l’eau de pluie.
    De manière générale, nous n’avons trouvé que les osmoseurs qui annoncent que l’eau de pluie est potable en sortie, tous les autres systèmes semblent rendre potable les eaux de forage et puits mais il y a toujours une exception pour l’eau de pluie. Au cours de vos recherches, avez vous trouvé pourquoi il y a cette distinction ?

    De même, êtes vous connecté au réseau d’eau sanitaire pour le cas où les cuves soient vide ? Si oui, comment faites vous la bascule d’un réseau à l’autre ?

    Merci

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour et merci pour les questions.

      Je pense que la différence vient des assurances… ! C’est un risque de dire que l’eau sera potable. Ça implique une responsabilité sanitaire importante. La platine Eureka nous a été recommandées parce qu’elle était justement adaptée à cet usage précis. Le filtre UV élimine tous risques à la fin de toute façon.

      Et non, nous ne sommes pas raccordés au réseau d’eau. Si les cuves sont vides, ce qui ne devrait pas arriver facilement, nous avons toujours les voisins, avec qui nous partageons aussi d’autres ressources (électricité, légumes…). Nous sommes plus résiliants à plusieurs ! Nous avons emménagé en février, et depuis le 2 mars, pas une seule goutte de pluie ! Hier il a _enfin_ plu, les enfants chantaient et dansaient, nous aussi, ça faisait 56 jours. Mais il nous restait de l’eau, environ 6000L. Nous allons écrire sur ce sujet d’ailleurs, à quoi ressemble la vie en autonomie exactement ! C’est très amusant 🙂 !

      Note à part : tout le voisinage lutte contre le calcaire, très présent dans la région. Nous sommes bien contents d’être à l’eau de pluie !

      Bonne chance pour votre projet de construction, et n’hésitez pas à poser d’autres questions !

      J'aime

  3. Bonjour,

    Merci pour le partage, l’ensemble de vos articles sont très intéressants et donnent plein de pistes de réflexion.

    Nous en sommes un peu moins avancé, mais travaillons en ce moment sur le réseau d’eau de la (future) maison.
    En lisant la documentation le la platine Eureka, ils parlent de « Sécurisation d’eau de pluie (usage sanitaire uniquement) » dans le cas de l’eau de pluie.
    De manière générale, nous n’avons trouvé que les osmoseurs qui annoncent que l’eau de pluie est potable en sortie, tous les autres systèmes semblent rendre potable les eaux de forage et puits mais il y a toujours une exception pour l’eau de pluie. Au cours de vos recherches, avez vous trouvé pourquoi il y a cette distinction ?

    De même, êtes vous connecté au réseau d’eau sanitaire pour le cas où les cuves soient vide ? Si oui, comment faites vous la bascule d’un réseau à l’autre ?

    Merci

    J'aime

    1. Je précise que j’ai bien vu que vous visiez l’autarcie, mais l’eau est vitale, et le réseau est une solution fiable en cas de contamination, de défaillance du système de potabilisation, ou de cuves vides.
      C’est celle vers laquelle on se tourne (d’où ma dernière question), mais peut être avez vous envisagé une autre solution?

      J'aime

      1. Pour répondre à votre question complémentaire : oui le réseau est une solution de secours mais il ne faut pas croire que l’eau y est toujours potable. Le sujet est vaste et nous vous conseillons de le creuser. L’eau de pluie est bien meilleure pour la santé que l’eau du réseau à notre avis, il y a bien moins de produits dedans ! Rien ne vous empêche de mélanger les deux par contre : votre « source » peut être la cuve. Si elle est vide, vous la remplissez par le réseau. Vous n’avez qu’un seul compteur en bordure de terrain, et ça reste simple.

        Aimé par 1 personne

  4. Merci pour ces retours.
    Je partage votre point de vue concernant la qualité le l’eau de pluie et de celle du réseau.
    Par contre je suis moins confiant concernant l’avarie technique, d’ailleurs le retour d’expérience https://www.youtube.com/watch?v=7XVG6jVLio0 est assez intéressant.

    Il n’y a pas de solution parfaite, et je suppose qu’il faut choisir son risque. Ce que j’aime bien dans l’alimentation de secours via le réseau c’est qu’on obtient un mode dégradé sécurisant et rapide a mettre en place en cas de défaillance de la pompe ou du système de potabilisation.
    Mais en l’état actuel de mes connaissances, j’ai l’impression qu’il n’existe pas vraiment de moyen légal – en France en tout cas – pour basculer sur l’eau du réseau de manière temporaire sans utiliser de pompe (disconnecteur à surverse totale, ce qui revient à alimenter la cuve avec l’eau du réseau – toujours de ce que j’ai compris).

    Je vais continuer de chercher et de passer vous lire 🙂

    Merci et à bientôt !

    J'aime

    1. L’eau du réseau est déjà sous pression (4 bar) normalement. Vous pouvez simplement avoir un robinet + compteur en tête de terrain. Et si votre cuve est vide, ce qui serait rare, alors vous reliez le dit robinet à votre cuve via un tuyau (d’arrosage, par exemple) et vous ouvrez. C’est trivial je vous l’accorde mais c’est une solution que nous avions envisagé à une époque.

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s